Deux cents personnes ont visité la ferme lombricole

Près de 200 personnes sont venues visiter la ferme lombricole du pays de Josselin, samedi, à l'occasion de la 5e édition des portes-ouvertes.

Les participants ont notamment découvert le processus de transformation du fumier en lombricompost par les petits vers rouges, dit de fumiers, les andains extérieurs, et le lombricompost tamisé idéal pour le potager et les fleurs. « Le lombricompost est un produit fini, qui ne peut brûler la jeune pousse, riche en champignons et bactéries. Il régénère les sols », a expliqué Pascal Picard, responsable du site.

Les visiteurs ont également assisté à une démonstration d'utilisation des lombricomposteurs pour les déchets ménagers (épluchures et déchets carbonés comme le papier). Les personnes souhaitant acquérir des sacs de 20 kg de lombricompost pour leur potager peuvent se renseigner au 06 10 96 54 14.


 

Réduire ses déchets avec un lombricomposteur

Samedi, au marché hebdomadaire, dans le cadre de la Semaine européenne de la réduction des déchets, Josselin communauté a installé un stand de lombricompostage. La Ferme lombricole de Lanouée est venue en expliquer le fonctionnement.

Dès son installation, le public s'est arrêté pour comprendre le principe de la lombriculture, le lombricompost avec ses atouts, ses destinataires et les conseils d'utilisation, les lombricomposteurs individuels permettant le recyclage de nos poubelles de cuisine.

« La lombriculture est une culture qui consiste en un élevage intensif de vers de terre du genre Eisenia Foetida ou vers de fumier et Dendrobena Veneta » explique Gwénola et Pascal Picard de la Ferme lombricole. « Les lombricomposteurs apportent la solution idéale à la problématique grandissante et préoccupante que sont les déchets ménagers » ajoute Cindy Broussais, ambassadrice du tri et de la prévention à Josselin communauté.

Samedi 28 novembre, de 10 h à 17 h, prochain atelier à la déchetterie de Guillac pour une démonstration du recyclage des déchets verts.


 

Pascal Picard de la Ferme lombricole, du pays de Josselin. 

  •   |
  • « Je fais découvrir aux visiteurs le principe de la lombriculture ou culture qui consiste en un élevage intensif de vers de terre et leur propose à la vente des lombricomposteurs ou du lombricompost. »


 


Un lombricomposteur à l'école du Gourandel

  • Pressés de découvrir cette nouveauté, les enfants se sont de suite massés autour de Gwenola Picard qui leur a fait découvrir la vie du ver de terre. Pressés de découvrir cette nouveauté, les enfants se sont de suite massés autour de Gwenola Picard qui leur a fait découvrir la vie du ver de terre. |

Vingt-six petits écoliers de maternelle, moyenne et grande sections de l'école du Gourandel, sont sensibilisés à la gestion des déchets. Mercredi dernier, à l'initiative du service gestion des déchets de Baud Communauté, Gwenola Picard, de la Ferme lombricole du pays de Josselin, est venue à la rencontre des enfants. Un lombricomposteur avait été commandé par l'école.

« Je vais leur expliquer la vie du ver de terre, leur montrer comment utiliser l'appareil, comment nourrir les vers », indiquait Gwenola Picard. Les enfants ont tout de suite été attirés par le sujet. À charge maintenant pour eux de nourrir les vers chaque jour en apportant des déchets ou en puisant dans le potager de l'école, puis de récolter le terreau fourni par le travail des vers.

 


 

 

Trois cents personnes ont visité la ferme lombricole

 

Hier, se déroulaient les portes ouvertes de la Ferme lombricole du pays de Josselin, au lieu-dit la Ville-les-Bottès, exploitation créée par Gwénola et Pascal Picard.

À l'occasion de la 4e édition de portes ouvertes, près de 300 personnes ont apprécié sous le soleil, la démonstration de la transformation du fumier en lombricompost, les semis et les andains extérieurs et le lombricompost tamisé idéal pour le potager et les fleurs.

« C'est 100 % naturel, très fin, plein d'oligo-éléments, de champignons et bactéries dont raffolent les plants de jardins et les fleurs », précise Gwénola Picard qui s'est lancée avec Pascal, son mari, il y a trois ans maintenant dans la production et la vente de lombricompost.

Pour produire dix-huit tonnes de ce compost par an, le couple détient 2,5 millions de vers de terre. « Ces petites bêtes apprécient le fumier de cheval, de vache, des épluchures des restaurants de Josselin et des cartons », ajoute-t-elle.

Les visiteurs ont également pu acheter des « lombricomposteurs » pour les déchets ménagers, être conseillés par un fabricant de serres pour particuliers et professionnels ou repartir avec des camélias ou azalées de Joël Mahé, producteur.