Deux cents personnes ont visité la ferme lombricole

Près de 200 personnes sont venues visiter la ferme lombricole du pays de Josselin, samedi, à l'occasion de la 5e édition des portes-ouvertes.

Les participants ont notamment découvert le processus de transformation du fumier en lombricompost par les petits vers rouges, dit de fumiers, les andains extérieurs, et le lombricompost tamisé idéal pour le potager et les fleurs. « Le lombricompost est un produit fini, qui ne peut brûler la jeune pousse, riche en champignons et bactéries. Il régénère les sols », a expliqué Pascal Picard, responsable du site.

Les visiteurs ont également assisté à une démonstration d'utilisation des lombricomposteurs pour les déchets ménagers (épluchures et déchets carbonés comme le papier). Les personnes souhaitant acquérir des sacs de 20 kg de lombricompost pour leur potager peuvent se renseigner au 06 10 96 54 14.


 

Réduire ses déchets avec un lombricomposteur

Samedi, au marché hebdomadaire, dans le cadre de la Semaine européenne de la réduction des déchets, Josselin communauté a installé un stand de lombricompostage. La Ferme lombricole de Lanouée est venue en expliquer le fonctionnement.

Dès son installation, le public s'est arrêté pour comprendre le principe de la lombriculture, le lombricompost avec ses atouts, ses destinataires et les conseils d'utilisation, les lombricomposteurs individuels permettant le recyclage de nos poubelles de cuisine.

« La lombriculture est une culture qui consiste en un élevage intensif de vers de terre du genre Eisenia Foetida ou vers de fumier et Dendrobena Veneta » explique Gwénola et Pascal Picard de la Ferme lombricole. « Les lombricomposteurs apportent la solution idéale à la problématique grandissante et préoccupante que sont les déchets ménagers » ajoute Cindy Broussais, ambassadrice du tri et de la prévention à Josselin communauté.

Samedi 28 novembre, de 10 h à 17 h, prochain atelier à la déchetterie de Guillac pour une démonstration du recyclage des déchets verts.


 

Pascal Picard de la Ferme lombricole, du pays de Josselin. 

  •   |
  • « Je fais découvrir aux visiteurs le principe de la lombriculture ou culture qui consiste en un élevage intensif de vers de terre et leur propose à la vente des lombricomposteurs ou du lombricompost. »


 


 

Trois cents personnes ont visité la ferme lombricole

 

Hier, se déroulaient les portes ouvertes de la Ferme lombricole du pays de Josselin, au lieu-dit la Ville-les-Bottès, exploitation créée par Gwénola et Pascal Picard.

À l'occasion de la 4e édition de portes ouvertes, près de 300 personnes ont apprécié sous le soleil, la démonstration de la transformation du fumier en lombricompost, les semis et les andains extérieurs et le lombricompost tamisé idéal pour le potager et les fleurs.

« C'est 100 % naturel, très fin, plein d'oligo-éléments, de champignons et bactéries dont raffolent les plants de jardins et les fleurs », précise Gwénola Picard qui s'est lancée avec Pascal, son mari, il y a trois ans maintenant dans la production et la vente de lombricompost.

Pour produire dix-huit tonnes de ce compost par an, le couple détient 2,5 millions de vers de terre. « Ces petites bêtes apprécient le fumier de cheval, de vache, des épluchures des restaurants de Josselin et des cartons », ajoute-t-elle.

Les visiteurs ont également pu acheter des « lombricomposteurs » pour les déchets ménagers, être conseillés par un fabricant de serres pour particuliers et professionnels ou repartir avec des camélias ou azalées de Joël Mahé, producteur.


 

Ils exploitent 2,5 millions de vers de terre...

Dans leur ferme lombricole de Lanouée, Pascal et Gwenola Picard font digérer du fumier par des vers de terre pour produire du lombricompost apprécié des jardiniers.

 Ferme lombricole Josselin lombricompost

Certains agriculteurs élèvent des porcs, des vaches, des poules, eux, ce sont des vers de terre... Producteurs de dindes à Lanouée, près de Josselin, Pascal et Gwenola Picard se sont lancés il y a trois ans dans la production et la vente de lombricompost, un amendement organique 100 % naturel, très fin, plein d'oligo-éléments, champignons et bactéries dont raffolent nos plants de jardins et fleurs. « C'est un fertilisant dix fois plus puissant qu'un compost classique. Et qui ne brûle pas les plantes comme le fumier », explique Gwenola Picard qui fait la tournée des salons du jardinage et des collectivités pour vanter les qualités du lombricompost encore peu connu du grand-public. Dans le Morbihan, seules deux exploitations en fabriquent, à Lanouée et Inzinzac-Lochrist.

Desserts et cafés...

« Beaucoup de gens pensent encore que nous vendons des vers de terre. Non, nous les gardons nos vers de terre, ce sont eux qui nous produisent notre lombricompost ! » Et pour en produire dix-huit tonnes par an, il en faut des vers de terre... Pascal et Gwenola en ont 2,5 millions, qui tiennent dans quelques centaines de mètres de linéaires de fumiers qu'ils transforment en compost en cinq mois. « Nous leur donnons du fumier de cheval et de vache, du marc de pommes, et toutes les semaines, les cartons et épluchures des restaurants de Josselin, c'est leurs friandises, ils adorent ça ! » Ils ont même droit au café : les bars locaux leur donnent leur marc.

Nos 2,5 millions de gros Dendrobena veneta et plus petits Eisenia foetida passent ainsi leur vie à manger. Et ne criez pas au gavage ou à l'élevage intensif. S'ils sont les uns sur les autres à s'empiffrer 24 h sur 24, c'est qu'ils le veulent bien. Les vers de terre ont la particularité de se reproduire quand ils estiment qu'ils ne sont pas assez nombreux pour finir leur festin... Et ils le valent bien. Les tortillons, le fruit de leurs agapes, sont ensuite récupérés, tamisé, et vendu en sacs de 20 kg ou à la tonne. Comptez 12 € les 20 kg.

Olivier CLÉRO.

La ferme lombricole du Pays de Josselin, à la Ville es bottés à Lanouée, ouvre ses portes au public ce samedi de 10 h 30 à 18 h. Contact : 06 10 96 54 14, http://lombriculture.net